Petite histoire de l’escrime à Clermont-Ferrand…

     Avant la guerre de 1914 dite la Grande guerre l’escrime était enseignée dans les casernes des trois régiments d’infanterie, de cavalerie et d’artillerie. Le sport n’était pratiqué que par une certaine élite sociale. Henri Bergson, futur prix Nobel de littérature, enseignait la philosophie au Lycée Blaise Pascal et fréquentait une salle d’armes de 1882 à 1888. Les assauts d’escrime étaient organisés en représentation comme ce gala d’escrime donné en 1886 au profit des victimes du cyclone de la Martinique à la Salle d’Armes de l’ancien Hôpital.. En mars 1889, la salle Culerier rue Blatin, accueillit son Assaut annuel en présence d’un important parterre de spectateurs. En 1903, le Maître Franck, professeur au Lycée Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, tenait sa salle d’armes l’hiver, place de la Treille. Chaque été, à Royat, sous les ombrages du parc, il organisait des poules en plein air, entre les maîtres militaires et des amateurs français ou étrangers qui fréquentaient la station thermale. En cette année 1913, juste avant guerre, l’escrime continuait son développement Un autre club la Société d’Escrime de Clermont-Ferrand fut créé, avec pour professeurs les maîtres Labonne et Barbe. Avant la Grande Guerre de 1914-18, Monsieur Marcel Michelin avait largement favorisé la pratique de l’escrime à l’intérieur de l’usine et en dotant au nom de la firme, des challenges en particulier à Royat.

Après la guerre, le directeur sportif de l’AS Monferrandaise, Mr. Franquenelle, avait fait ses classes à l’école militaire de Joinville avec Félix Lefaure. Ensemble, ils se serait entendus de ne pas se faire de concurrence en raison de la proximité du Cercle d’Escrime Clermontois et des salles de sports de l’A.S. Monferrandaise, les deux clubs se trouvant rue Montlosier à trois cents mètres l’un de l’autre ? C’est ce qui expliquerait pourquoi l’escrime est absente dans ce grand club.

Félix Lefaure, neveu de Jean Ayat, Maître d’armes au 3ème régiment de chasseurs, gagne en 1921 le tournoi international de Montluçon en une touche, devant de grands tireurs.Il créa la même année le Cercle d’Escrime de Clermont-Ferrand, installé rue Ballainvilliers, qui fut déclaré en 1923 au Journal Officiel. Le Cercle émigra ensuite rue Montlosier au deuxième sous-sol dans une cave voûtée, le maître habitant à l’étage au-dessus.maitreLefort

Avec Barret et Foisset, ce furent trois fratries qui s’illustrèrent dans l’escrime clermontoise entre les deux guerres, les frères Potier, les frères Pochet et les frères Dreyfus par de bonnes places aux championnats de France : Robert Dreyfus, sixième au fleuret en 1927 et Pierre Pochet troisième à l’épée en 1937. Une brillante carrière s’annonçait pour Pierre Pochet, malheureusement la seconde guerre mondiale vint la compromettre. Le Cercle d’Escrime de Clermont prouvait sa vitalité en organisant des challenges à Clermont-Ferrand, au Mont Dore, La Bourboule, Chatel-Guyon et à Royat, épreuve dotée au nom de la firme par Marcel Michelin. En 1934 au Challenge International de Vichy le Cercle d’Escrime de Clermont est second derrière le Cercle d’Escrime de Bruxelles et devant les cercles parisiens.

BridgeJoe

En 1938-1939, Pierre Boulle, jeune ingénieur diplômé de l’Ecole Supérieure d’Electricité de Paris, en stage à l’usine Michelin, fréquenta assidûment la salle d’armes du Cercle d’Escrime de Clermont et y conserva des amitiés, avant de partir en Malaisie dans les plantations d’hévéa et être emprisonné pour fait de résistance. Il s’engagea et combattit en Chine et en Birmanie. Il acquit la renommée mondiale grâce à l’adaptation cinématographique de deux de ses romans: le Pont de La rivière Kwaï en 1952 et La Planète des Singes en 1963 et fut un des pionniers de la science fiction. Il revint à Clermont-Ferrand dans les années 1970, à l’initiative de Pierre Pochet, afin de participer à un repas qui réunissait les anciens du club.

Pendant la seconde guerre mondiale, l’activité cessa. Elle était d’ailleurs interdite. Des escrimeurs furent résistants, d’autres disparurent. Ainsi le maître Lefaure, professeur du Cercle d’Escrime Clermontois ne revint pas de déportation après qu’il fut pris comme otage innocent par l’occupant allemand dans l’affaire de la Poterne. Une rue dans son village familial de Saint-Myon dans le Puy de Dôme porte son nom.

A la Libération, en 1945, le Maître Hochet, ancien champion de France des maîtres au sabre, lui succéda dans la salle d’armes aménagée de la rue Montlosier. Il forma entre autres, des escrimeurs au palmarès éloquent : Claude Boyer, Daniel Lebard, Yves Dreyfus. Les assauts se disputaient à la pointe sèche et on annonçait les touches reçues. Au sabre il se faisait beaucoup d’attaques au masque, parées en quinte et il s’en suivait une banderole, riposte au flanc. Le tireur touché annonçait la touche reçue en criant de douleur et de retour dans les vestiaires, il montrait la simple marque sur la peau, mais parfois une plaie. Puis la salle fut vendue et le cercle émigra place Gambetta au Gymnase Honoré Fleury.

1952, à Châtel Guyon Yves Dreyfus, militaire, participa en temps qu’espoir à l’épée au stage de préparation olympique pour les Jeux d’Helsinki, . Cette année 1952, Claude Boyer du Cercle d’Escrime de Clermont était troisième du championnat de France junior, Yves Dreyfus vice champion de France militaire 1953, Lebard gagna les titres de champion de France junior et champion de France universitaire au fleuret, et la deuxième place aux championnats du Monde Junior.

1962 Cette année-là, Jacques Puvinel accède à sa présidence.de la ligue pendant son mandat sera nommé le premier cadre technique de la Ligue, en octobre 1969, en la personne du Maître Roger Michard.. Le Cercle d’Escrime eut souvent durant ces années la visite du grand champion italien Pépo Delfino, champion olympique à Rome 1960, qui venait à Clermont-Ferrand dans le cadre de son emploi chez Michelin, en Italie.

Christian d’Oriola au tournoi de Royat, 19621962_Royat_Doriolachristian

Le clermontois Yves Dreyfus revient dans sa ville natale en 196819680102_eclairdunord_dreyfusportraitSon palmarès est riche: vice champion du monde 1963, 3ème des championnats du Monde 1962, 2ème 1963, 2 fois médaillés de bronze aux Jeux Olympiques en 1956 et 1964 et finaliste individuel aux Jeux Olympiques de Rome, vainqueur des Jeux Méditerranéens, trois fois Champion du Monde par équipe, premier détenteur du Trophée National du Fair-Play.

1971 Création de la section d’escrime du stade Clermontois issue de la fracture du CEC avec le maître militaire Vasselet. Le président Maurice Potier, Henri et François Lacroix, Le maître Cima lui succéda.avant d’être muté dans le Pacifique.

En 1972, Yves Dreyfus prend les rênes de la Ligue d’Auvergne. Durant son mandat plusieurs demandes ou propositions furent faites à la fédération: la création d’une école de cadres à Vichy, pour laquelle il avait obtenu l’avis favorable du directeur du CREPS et du directeur Régional Jeunesse et sports, la création d’un championnat de France Vétérans aux dates des championnats Juniors, un championnat individuel à quatre niveaux avec système de montée et descente (départemental, régional, interrégional, national), etc. Il fut l’artisan de l’organisation des Championnats Monde de Clermont-Ferrand en 1981. .En 1977, avec le Président de Ligue Yves Dreyfus, le Maître Daniel Grevisse créa la salle d’armes «La Rapière de Chamalières». Grâce au soutien de Claude Wolff, député-maire, et de Mr. Napoli, principal du collège, le nouveau club d’escrime put débuter ses activités.

championnatsdumondeclermontLes Championnats du Monde d’escrime sont organisés en 1981, à la maison des Sports en grande partie grâce au stade clermontois, avec à sa tête Yves Lair stadiste de toujours et Yves Dreyfus vice- président.

Yves Dreyfus sera encore vice champion de France en 2003 !20030628_lequipe_champfrance_picotdreyfus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *